Ce que craignait la CFTC la direction l'a fait

01/09/2016 12:08

Ce que craignait la CFTC la direction l'a fait

Le jeu de la chaise musicale a commencé…

Nous venons d’apprendre (la veille du week-end du 15 Août) que des réorganisations successives ont lieu dans notre établissement sans concertation du personnel concerné.

Cette décision est pour nous CFTC, non caractérisée par les nécessités du service et constitue un abus de pouvoir caractérisé

La crainte d’une déqualification du personnel cadre vient se rajouter au sentiment de non-reconnaissance !

Le sentiment de ne plus pouvoir faire son travail correctement est désormais une donnée centrale. Ce sentiment est accentué dans le cas des réorganisations comme à ce jour. Il est selon nous une des causes de dégradation les plus fortes de la santé psychique des personnels. En effet, ne plus pouvoir faire son travail correctement, c’est l’impossibilité d’être fier de soi et du collectif de travail. C’est l’image de son utilité sociale qui est atteinte.

Et après ? A qui le tour ?

A vous agents technique, A-S, A-S-H, administratifs, infirmiers, médecins…. Ou va-t-on nous retrouver demain ?

Mais est-ce un facteur sur lequel notre direction s’arrête un court instant ???

En résumé, on pourrait définir quelques modalités structurantes, modifiant les conditions de travail et leurs conséquences sur la santé des agents.

Conséquences: stress, qualité de service et sens au travail, reconnaissance, latitude décisionnelle, incidence sur les collectifs de travail, systèmes de tensions liées aux organisations, relations temps de travail temps personnel

Le travail des cadres de santé en est profondément affecté : la gestion des plannings, manque d’équité de traitement envers certains cadres…

Ajouté aux contraintes administratives et à la difficulté de faire appliquer de façon pragmatique la totalité des procédures, cet état de fait vient faire peser sur cette catégorie une charge de travail que les restructurations et changements accélérés ne font que mettre encore plus en exergue.

Le mal-être qui va s’en suivre se traduira par le détachement d’un métier auquel les cadres sont pourtant fortement attachés, par un absentéisme lourd, par un repli sur l’approche individuelle d’un métier pourtant essentiellement collectif, par le sentiment de ne pas faire correctement son travail.

Ce constat n’est que le produit de décisions Bonapartiste puisque aucune disposition légale ou réglementaire ne prévoit par ailleurs que l’autorité hiérarchique doive préalablement requérir l’accord d’un agent avant un changement de service et l’intérêt général l’emporte sur les contraintes personnelles de tel ou tel fonctionnaire.

 

Cette décision est pour nous CFTC, non caractérisée par les nécessités du service et constitue un abus de pouvoir caractérisé !

Précédent

Contact

CFTC ch-cambrai

© 2015 Tous droits réservés.

Créer un site internet gratuitWebnode